ACTUALITÉS ECONOMIE SOCIÉTÉ

Administration publique:cabaret,une agence de la DGI fonctionne dans la promiscuité

Avant cette visite guidée à l’agence de la DGI à Cabaret,  la seule information que je détenais sur ladite agence, c’est qu’elle est logée au local déjà exigu de la mairie de la  ville, qui elle-même, est transférée   dans une maison non appropriée de la ville, après la destruction de son local suite au passage du tremblement de terre de janvier 2010.

Il était 9hres 30 a.m, ce mardi-là, quand mon guide et moi, avons atteint cabaret. Sans perdre de temps, on s’est rendu au local de la mairie de la ville où s’est logée cette agence de la DGI.

Par faute de  parking, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur, on était obligé  de garer  la Nissan exterra qui nous a conduit, au bord de la rue, à quelques mètres du local.

Sans transition, nous avons franchi la petite barrière donnant accès à la cour. Dans la première pièce qui nous tombe sous les yeux, se trouve un jeune homme, apparemment un employé. Face à l’absence totale d’indication sur la séparation des services de la mairie et ceux de  de la DGI locale, on n’a eu d’autres choix  que de lui adresser la parole en ces termes :

-Bonjour monsieur !, pouvez-vous nous indiquer l’endroit où se trouve le bureau de la DGI, s’il vous plait,  lui avons –  nous demandé ?

-Bonjour, nous répondit- il, en  nous indiquant par un geste de la main, la  petite pièce dont les maigres mètres carrés nous rappellent bien les cuisines de fortune en milieu paysan.

En y arrivant, l’agent qui devait nous recevoir, y avait déjà pris place. Coincé derrière son bureau, en train de dactylographier un document à l’aide d’une machine à écrire manuelle dégradée par le temps, il s’empresse de nous faire signe de rester dehors. En réaction, nous avons fait semblant de ne pas comprendre ses consignes gestuels. Ce qui l’a poussé   à nous traduire son langage gestuel à travers ces termes :

-Messieurs, pouvez-vous m’attendre dehors ? La petite salle, tellement exigüe , ne nous permet pas de  recevoir à l’intérieur.

Entretemps, un simple coup d’œil jeté à ladite salle, dont le toit est fait de tôle, nous a permis de remarquer toutes les couleurs de la promiscuité dans laquelle patauge cette agence locale de la DGI, sensée être l’un des  symboles de l’Etat haïtien dans cette petite ville construite par le dictateur haïtien François Duvalier

Dans cet espace qui pouvait à peine contenir  un bureau, logent deux bureaux et des sacs de documents en papiers en très mauvais état. Eparpillés  dans les quatre coins de la petite salle, ces documents de l’Etat haïtien et des contribuables obstruent complètement le passage et empêchent à tout contribuable – visiteur de s’adresser  aux  occupants dudit bureau.

Presque devant la porte de la petite salle faisant office de l’agence locale de la DGI à cabaret, prend place un autre employé, bien assis  derrière son bureau. Point n’est besoin de se demander pourquoi  installe –t-on son bureau dehors ? La réponse est simple. Pas de place à l’intérieur.

 Le pire dans tout cela, là où l’on forge ce bureau de fortune, est un espace en terre battue, jonché  de fatras.

Comme on est au temps de coronavirus, ils  sont obligés de se mettre en mode ‘’bokit’’  .Une boquite à eau bien sûr pour le lavage des mains. Mais quel lavage ? Un lavage au rabais surement à l’instar du bureau qui lui aussi est au rabais. Car l’eau utilisée pour ledit lavage, est dépourvue d’aucune solution chlorée. En plus, aucun  savon pour faire ce geste barrière que l’Etat n’a cessé  de demander à la population de faire en vue de freiner la propagation du virus. Un véritable ‘’fake ‘’ lavage qui met à nu le cynisme des autorités haïtiennes. 

Et puis, soyons un peu sérieux ! Pour une ville aussi dynamique économiquement que cabaret  se trouvant parmi les communes les plus rentables en termes de collecte de taxes et d’impôts , l’état central doit se réinventer lui-même pour doter ladite ville d’une agence de collecte digne de ce nom.

Claude Junior EMILE.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :