« Tourisme et développement durable en Haiti » de Claude Junior EMILE,un livre à lire absolument

Par Pierre Michelot Jean-Claude

Engager Haïti dans la voie du progrès et du développement durable reste le défi majeur pour les différentes élites haïtiennes. Les voix ne cessent de s’élever pour rappeler à celles-ci la nécessité de valoriser et d’exploiter rationnellement les multiples ressources du pays dont le gaspillage, depuis plus de deux siècles, constitue l’une des principales causes du criant état de sous-développement sous lequel ce peuple est recroquevillé.

Dans le contexte actuel où la population haïtienne se trouve non loin d’un désastre à la fois politique, social, économique voire écologique, il est de plus en plus nécessaire d’inviter nos acteurs socioéconomiques et politiques à orienter leurs actions vers le développement de notre capacité à nous prendre en charge, grâce à la valorisation de notre patrimoine.

C’est dans ce cadre-là que s’inscrit la publication de cet ouvrage de Claude Junior Emile, intitulé : Tourisme et développement durable. Vers la diversification de l’offre touristique sur la Côte des Arcadins. Haïti est, à tort ou à raison, classé comme l’unique pays moins avancé (PMA) de la Caraïbe. Nul n’ignore pour autant que ce pays est gorgé de sites touristiques, de plages, de vestiges historiques et d’une diversité de ressources naturelles pouvant faire de lui une excellente destination touristique. Claude Junior Emile le montre très bien par son coup de projecteur sur la Côte des Arcadins, situé  entre le  département de l’Ouest et celui de l’Artibonite, les deux plus grands départements géographiques du Pays.

Décrétée pôle touristique prioritaire dans le Plan Directeur Touristique de 2007, « la Côte des Arcadins détient un potentiel touristique incomparable qui malheureusement est sous exploitée», montre Claude Junior Emile à l’issue de ses deux ans de travail constitué des recherches empiriques, d’entrevues, de focus groupe sur cette région qui constitue l’un des meilleurs espaces côtiers du pays. La côte détient les meilleurs plages haïtiennes et près de cinq cent chambres d’hôtels. Elle met en connexion les deux plus grands départements géographiques du pays (Ouest et Artibonite) qui, à eux seuls, logent plus de 60 % de la population haïtienne. Ajouté à tout cela une quantité énorme de sites naturels et historiques, dont des Forts, des Grottes, des Aqueducs et d’autres vestiges coloniaux d’une valeur patrimoniale inestimable. Ce qui justifie le choix par l’auteur de la Côte des Arcadins comme cas spécifique d’étude.

Politologue, Claude Junior Emile a fait son entrée dans le champ du tourisme en tant qu’étudiant au département de Patrimoine et Tourisme à l’ISERSS (IERAH) de l’Université d’État d’Haïti (UEH). Il n’a pas tardé à approfondir ses connaissances du domaine au programme de Maitrise en Histoire, Mémoire et Patrimoine de l’UEH offert en partenariat avec l’Université Laval du Canada. Ce rapport de recherche qu’il nous présente aujourd’hui, traduit un fort souci de proposer des réflexions aux opérateurs et autorités touristiques du pays.  Cet ouvrage nous offre l’occasion de découvrir avec précision, l’état de l’offre touristique disponible sur la Côte des Arcadins. Laquelle offre va du tourisme balnéaire au tourisme estival en passant par le tourisme d’affaires ainsi que le tourisme de mémoire.

«C’est le grand espoir du tourisme qui fera lever des aubes nouvelles sur Haïti», a affirmé le président Dumarsais Estimé en 1948, date à partir de laquelle le tourisme haïtien a connu ses moments de gloire grâce à un ensemble de dispositions arrêtées par le gouvernement d’alors. «Les grands travaux entrepris sur le front de la mer par le visionnaire Estimé, qui avait compris que le tourisme, à ce moment-là, était le grand espoir d’Haïti, avait fait de cette dernière l’une des destinations touristiques les plus demandées de toute la Caraïbe», explique Claude Junior Emile, dans ce texte riche en informations sur l’histoire du tourisme, les notions fondamentales de l’économie du tourisme et l’état de l’offre de l’offre touristique mondiale, avec bien sûr un accent particulier sur l’historique et la situation actuelle du tourisme haïtien.

Est-il nécessaire de rappeler que l’instauration du régime dictatorial des Duvalier a marqué le début du déclin de l’industrie touristique en Haïti ? D’ailleurs, en conséquence, « de 1990 à 2004, Haïti n’était même pas figurée parmi les dix premières destinations touristiques de la Caraïbe », fait remarquer le chercheur. « Au cours de ladite période, la performance haïtienne, en termes de revenus générés, n’a jamais atteint la barre de 60 millions de dollars américains annuellement. Alors que ce chiffre, pour d’autres destinations caribéennes, représentent leurs rentrées mensuelles. De manière plus précise , vous devez comprendre que les revenus d’Haïti, au cours de ladite période, représentent seulement 0,3 % pour toute la zone caribéenne. »

Et ce n’est que récemment, soit en 2011, que le Ministère du Tourisme et des Industries créatives ait tenté d’œuvrer à la redynamisation de ce secteur, dont l’état de délabrement constitue un extraordinaire manque à gagner pour le trésor public haïtien. Cette volonté dudit ministère de donner un nouveau souffle au tourisme haïtien a été, sans doute, l’une des sources de motivation de Claude Junior Emile à publier les résultats de ses recherches.

Ce nouveau regain de santé  du secteur touristique haïtien rappelle celui de la décennie 40-50 avec le président Léon Dumarsais Estimé qui avait abouti à une exposition universelle à Port-au-Prince. Il importe donc d’applaudir ce travail du chercheur qui encourage les autorités touristiques à aller plus loin. Aller plus loin  signifie qu’il faut qu’elles empruntent le chemin de la diversification de l’offre touristique.

À la lumière du principe de responsabilité défendu par le philosophe Hans Jonas (1979), il convient encore de mettre l’accent sur le droit d’existence dû    à chaque citoyen de la planète, dont les Haïtiens. Les autorités haïtiennes ainsi que nos différentes élites ont pour obligation d’humaniser la terre haïtienne en la transformant en un espace vivable à la fois pour les présentes et futures générations. Dans Tourisme et Développement durable, Claude Junior Emile n’en dit pas le contraire. Il va d’ailleurs plus loin en affirmant que le développement du secteur touristique est indispensable pour ce processus de développement durable.

Se basant sur une panoplie de données statistiques fournies par différents organismes [internationaux] s’occupant du tourisme dans le monde, tels : OMT, Caribbean Tourism Organisation, l’auteur montre clairement que, le tourisme demeure l’une des véritables sources de la croissance économique et du développement durable. Selon lui, le tourisme se trouve au carrefour où s’entrecroisent presque tous les secteurs économiques, dont les transports (terrestres, aériens, maritimes), l’agriculture, l’artisanat, l’hôtellerie…

Aussi, ne fait-il aucun doute que pour de nombreux dirigeants de la planète, le secteur touristique demeure le poumon économique de leur pays. Le dernier chapitre du livre offre aux autorités des perspectives assez intéressantes. Celles-ci sont autorisées à mettre en application les dites conclusions qui, à coup sûr, pourra  conduire au développement du secteur.



Catégories :TOURISME

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :