Rebondissement dans le dossier de Dadou Jean-Bart : le pire est à venir

Par Claude Junior EMILE

Selon les informations dont nous nous disposons à Arcadins MultiMedia, la commission d’éthique de la FiFa , chargée d’enquêter sur les accusations d’abus sexuels dont le président de la Fédération Haïtienne de Football, Yves Dadou Jean –Bart fait l’objet depuis des mois,seraient à un stade très avancé dans la production de son rapport.

En effet, les premiers éléments de l’enquête révélés  à partir des témoignages fournis par les présumées victimes que sont les anciennes et actuelles joueuses des différentes sélections féminines, montrent qu’effectivement, le président Dadou suspendu pour une période de trois mois, a  violé sexuellement  plusieurs joueuses dont des mineures.

Les présumées victimes ont avoué aux enquêteurs de la FIFA que c’est tout un système impliquant environ six membres de la Fédération et proches de l’homme fort du football haïtien, qui se sont amusés à abuser d’eux sexuellement.

Les actes et agressions sexuels se sont déroulés tant en Haiti, qu’à  l’étranger. Parmi ces pays étrangers, on peut citer les USA, des pays européens et ceux de la Caraïbe. Ces pratiques d’agressions sexuelles se sont réalisées au moment où les joueuses sont en déplacement pour représenter le pays dans des tournois de la FiFA ou autres.

Les abus sexuels ne concernent pas seulement les filles, il y a aussi des jeunes garçons dont l’équipe de Jean Bart Dadou s’est attelée à violer.

Une dame proche de Dadou qui se serait servie  d’intermédiaire, avait pour missions de convaincre les jeunes joueuses afin de les amener au lit de Monsieur Jean-Bart, a affirmé une jeune présumée  victime. Cette même dame avait aussi l’habitude de violer les jeunes joueuses, ont révélé les premiers éléments de l’enquête de la FIFA.

Au total, six membres de la fédération seraient mêlés à ces actes d’abus sexuels contre les jeunes joueuses. Selon notre source, Monsieur Jean-Bart court le risque de la suspension à vie.

Vu que la plupart des actes d’agressions et viols sur ces joueuses et joueurs se sont aussi commis en terre étrangère , des organisations internationales de défense des droits des victimes, accompagnent ces jeunes afin de les aider à porter plainte contre le président et son équipe. Ce, afin que justice puisse être réellement  rendue aux victimes.

Entretemps, personne n’est au courant de ce que la justice haïtienne réalise dans ce dossier. Pour cette justice moribonde qui est toujours lente quand il s’agit de poursuivre les « gwo  palto »,que peut –on attendre de concret , en termes de suivi dans le cadre de cette louche affaire qui met à nu, les pratiques malsaines de nos dirigeants ?

En tout cas, par le fait que notre football dépend  de l’instance internationale de gestion du ballon rond qu’est la FIFA, et par le fait aussi que la majorité de ces abus sexuels se sont déroulés en terre étrangère, nous allons  avoir l’occasion de voir tomber les gros poissons dans les filets de la justice internationale



Catégories :ACTUALITÉS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :