Nigeria : des dizaines de fidèles catholiques abattus par des hommes armés

Par Naldo Jean


 
Le massacre a eu lieu ce dimanche 5 juin 2022 à la sortie de la messe de la Pentecôte, dans une petite ville de l’État d’Ondo, dans le sud-est du Nigeria, une région pourtant épargnée jusque-là par les violences qui ont ensanglanté d’autres régions du pays.
 
Les premiers tirs ont retenti à la mi-journée, lorsque les fidèles ont commencé à sortir de l’église Saint-François, à Owo, une petite ville à plus de 300 kilomètres à l’est de Lagos. Des rafales d’armes automatiques, des explosions et les premiers morts qui tombent dans la foule, racontent des témoins cités par la presse nigériane
.
 
Les survivants de l’attaque ont expliqué avoir attendu une vingtaine de minutes avant de pouvoir se montrer et d’évacuer les blessés. Un médecin cité par l’agence Reuters a estimé que « pas moins de 50 corps » ont été amenés dans les hôpitaux de la ville.
 
L’évêque ainsi que le gouverneur de l’État se sont immédiatement rendus sur place. Ce dernier a parlé d’un « dimanche noir » et d’une attaque « vile et satanique ». Le pape François lui-même, à Rome, a fait savoir qu’il « priait pour les victimes et pour le pays ». Quant au président Muhammadu Buhari, il a estimé que « seuls des démons » avaient « pu concevoir et commettre un acte aussi ignoble ».
 
L’identité des assaillants n’est pas connue pour l’instant. La région a été relativement épargnée par la violence ces dernières années, même si elle a été en proie à des agressions croissantes entre agriculteurs et éleveurs.
 
Le gouverneur de l’Etat d’Ondo, Oluwarotimi Akeredolu, a appelé dans son communiqué les forces de sécurité à retrouver les assaillants après cette « attaque ignoble et satanique ». Selon la porte-parole de la police de l’Etat, ils ont attaqué l’église munis d’armes à feu et d’explosifs.
 
L’attaque survient à la veille du lancement par l’APC, le parti au pouvoir, de ses primaires en vue de l’élection présidentielle de 2023 pour succéder à Muhammadu Buhari, un ancien commandant de l’armée qui se retirera après deux mandats. La sécurité reste un défi majeur dans le pays le plus peuplé d’Afrique, qui est aussi la plus grande économie du continent.
 
Les attaques contre les sites religieux sont particulièrement sensibles au Nigeria, où les tensions s’exacerbent parfois entre les communautés d’un pays dont le Sud est majoritairement chrétien et le Nord majoritairement musulman. Ce type d’attaque est toutefois rare dans le sud-ouest du pays, relativement paisible.



Catégories :ACTUALITÉS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :