Terreur en Haiti: un gang allié de 400 marozo tue et brûle 8 personnes dont 3 d’une même famille

Joam Baptisné:

Les bandits armés continuent d’établir leur loi en toute quiétude notamment dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. Ce samedi 20 Août 2022, des bandits armés ont froidement assassinés et incendiés dans un véhicule 5 personnes dont trois d’une même famille (une mère et ses deux filles répondant respectivement au nom de Josette Fils, Sarhadjie Desanclos et Sondjie Sherwood Desanclos.

Le phénomène de l’insécurité continue de semer le deuil au sein des familles haïtiennes. Et ce weekend, la famille Duclos a perdu 3 membres dans ce nouveau carnage ; 2 filles et la mère. Dans la foulée, 3 motocyclistes ont également été tués par les malfrats.

Arcadins Multimedia vous apporte le monde!

Ce multiple assassinat s’est produit à Cité Doudoune, dans la commune de Croix-des-Bouquets, non loin du pont de Tabarre. Huit personnes ont été tuées dont certains corps calcinés à l’intérieur d’un véhicule. Des images glaçantes et révoltantes montrant le carcasse du véhicule en flamme et des corps sans vie jonchant la chaussée sont devenues virales sur les réseaux sociaux.

Cette attaque armée orchestrée par des bandits du groupe 400 Mawozo selon les infos parvenues à notre Rédaction, est en signe de représailles par rapport aux maintes opérations menées par les forces de l’ordre pour démanteler les gangs armés opérant à Croix-des-Bouquets. Les victimes se trouvaient donc au mauvais moment et au mauvais endroit.

Ces personnes ont été tuées à l’entrée de cité Doudoune, à quelques mètres du pont de Tabarre, jeté sur la Rivière Grise. Les trois hommes seraient des chauffeurs de taxis-moto », a confié une source policière soulignant que les bandits ont ouvert le feu de manière indiscriminée sur les passants avant de mettre le feu au véhicule.

Sarhadjie Desenclos, 24 ans, ancienne de l’institution Sacré-Coeur, avait cours, à l’Université de Port-au-Prince, ce samedi. Employée du ministère de l’Economie et des Finances (MEF), Sarhadjie, sa grande sœur, Sherwood Sondjie Desenclos, une juriste de 29 ans, issue du Centre d’Etudes Secondaires et de la Faculté de Droit et des Sciences Économiques (FDSE) et leur mère, Josette Fils Desenclos, employée de l’APN viennent allonger une liste longue de victime du train de l’insécurité.

Des messages de sympathies et d’indignation pleuvent depuis hier sur les réseaux alors que pour certains cet énième acte odieux et inhumain restera impuni. À quand donc la fin de l’impunité et du banditisme en Haïti



Catégories :ACTUALITÉS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :